SYNTHESES DE PRESSE

ECONOMIE

Suivez l'actualité de l'économie en Louisiane. Nouvelles sectorielles ou d'entreprises, marché de l'emploi, commerce international, industrie, énergies, tendances... autant de sujets à ne pas rater.

Crédit : Pixabay.com

Les agriculteurs optimistes pour 2024 malgré les difficultés

Après les pluies torrentielles de 2022 et la sécheresse historique de 2023, les agriculteurs louisianais espèrent une année 2024 plus clémente. La baisse des prix des engrais et des carburants les rend optimistes estime Nola.com. Pourtant tous les voyants sont loin d'être au vert. Les taux d'intérêt élevés et la baisse des prix des matières premières inquiètent. Les effets de la sécheresse 2023 sont par ailleurs attendus dans le secteur de la canne à sucre et du maïs qui ont déjà payés un fort tribut. Le soja connait une forte croissance grace aux biocarburants qui entraîne une augmentation des surfaces cultivées. Néanmoins, le soja louisianais est conccurencé à l'exportation par d'autres producteurs comme le Brésil et fragilisé par la baisse des cours. La culture du coton pourrait connaître une année noire. Seul les riziculteurs pourraient tirer leur épingle du jeu avec une forte augtmentation des surfaces cultivées. La Louisiane compte plus de 27.000 explotations agricoles dont la surface moyenne est de 118 hectares. Près de 47% ont cependant une superficie inférieure à 20 hectares. Leur impact économique s'élève à 12 milliards $. Les principales cultures de l'État sont le soja, la canne à sucre, le maïs, le riz et le coton.

En France et en Europe, l'année commence par une fronde des agriculteurs. Ces derniers expriment leur colère durant des mouvements sociaux. La politique agricole commune de l'UE est particulièrement visée mais aussi les taxes, les normes notamment environnementales toujours plus difficiles à suivre, la bureaucratie pesante, la concurrence des importations et les relations déséquilibrées avec la grande distribution. Les agriculteurs revendiquent pouvoir vivre de leur travail et non plus dépendre des aides pour vivre, même si la profession doit reculer sur la transition verte.
ECONOMIE RURALITE

Une formule de répartition des aides agricoles sème le trouble

Une nouvelle formule de répartition pour les aides agricoles fédérales en cas de catastrophe naturelle sème le trouble chez les exploitants agricoles Louisianais. Avec la sécheresse puis les pluies, nombre d'entre-eux ont souffert et attendaient les aides habituelles rapporte le Times Picayune. Ils n'en recevront qu'une partie. Désormais, les nouveaux calculs voulus par Washington prennent en compte les années de discrimination contre notamment les agriculteurs afro-américains. Nombre d'agriculteurs blancs sont en accord avec cette volonté mais s'accordent à dire que les catastrophes naturelles ont un impact égal sur tout le monde, quels que soient la couleur de la peau. Par ailleurs nombre d'agriculteurs noirs ne seront pas éligibles pour diverses raisons à cette aide. Les grandes exploitations qui peuvent avoir subis de grosses pertes vont quant à elles se retrouvée mises à l'index, ce qui nuira à leur capacité à obtenir des avances de trésorerie et des prêts. Les fonds d'aides étant limités, les petites exploitations recevront proportionnellement plus d'aide. LSU AgCenter a déjà chiffré une perte de 1,37 milliard $ en 2023 pour l'agriculture louisianaise qui a déjà subie des pertes en 2022. Face au tollé, nombre de politiques républicains mais aussi démocrates ainsi que 150 organisations professionnelles agricoles du pays ont dors-et-déjà réclamé une formule plus égalitaire à l'administration Biden. Fin 2022, le Congrès avait approuvé 3,7 milliards $ d’aide agricole pour les catastrophes de 2022 mais au final les dégâts réels risquent de dépasser les 10 milliards $. La situation devrait se renouvellé pour 2023.

En France, les modalités d'aides ont changées en 2023. Le Fonds "calamité agricole" est devenu le Fonds de solidarité nationale. Le taux d'indemnisation passe à 90% maximum si l'agriculteur est assuré. A l'inverse, l'agriculteur non assuré ne sera indemnisé par le FSN (calamités agricoles) qu'à hauteur de 45% s'il n'est pas assuré en 2023. Ce taux passera ensuite à 40% en 2024, puis 35% en 2025.
ECONOMIE RURALITE

Prudence autour du nombre de sans-abris en Louisiane

Le taux de sans-abris en Louisiane est en baisse selon le ministère américain du Logement et du Développement urbain et n'est plus en tête du classement national. Les associations d'aide au logement prennent pourtant la nouvelle avec circonspections rappelle Nola.com. La Louisiane a en effet connu entre 2020 et 2022 une forte augmentation des sans-abris liée à l'instabilité massive du logement causée par les catastrophes climatiques, notamment avec le passage de l'ouragan Ida. Par ailleurs, une majorité des personnes nouvellement répertoriées comme sans-abris vivaient jusqu'ici dans des refuges d’urgence ou des logements temporaires financés par la FEMA. La fin des programmes de logements temporaires à poussé ces personnes dehors alors que leurs maisons n'étaient toujours pas remise en état. Près de 3.000 personnes ont ainsi disparues des chiffres officiels sans que l'on sache où ils se trouvent. A La Nouvelle-Orléans, le nombre de personnes vivant dans la rue a augmenté de plus de 15 % entre 2022 et 2023. La ville a néanmoins engagé un effort ambitieux pour les reloger. La fin des aides fédérales au logement pourrait à nouveau dégrader la situation en 2024.

En France, la Fondation Abbé Pierre estimait en février 2023 à 330.000 le nombre de personnes sans domicile fixe. Elle pointait alors l'insuffisance des actions gouvernementale pour lutter contre le mal-logement. Selon elle, 30.000 SDF supplémentaires ont été rescensés en un an en raison notamment de l'impact de l'inflation. L'autre inquiétude est la hausse du nombre d'enfants à la rue faute de solution d'hébergement pour leur famille.
SOCIETE ECONOMIE

La sécheresse impacte les secteurs agricole et forestier

Selon un rapport de LSU AG Center, le secteur agricole et l'industrie forestière en Louisiane ont été particulièrement impacté par la chaleur et la sécheresse de cette année. Près de 1,7 milliard $ de pertes ont déjà été enregistrés alors que la sécheresse continue à se faire sentir dans tout l'Etat. Selon Drought Monitor, les précipitations en Louisiane ont diminué de 44% tandis que les températures ont augmenté de 3 degrés. En 2000, une sécheresse importante avait déjà touché l'Etat mais son impact avait été moins important. Selon des prévisions fédérales, les étés chauds et secs pourraient devenir la nouvelle norme alors que la Louisiane était jusqu'ici l'un des Etats les plus humides du pays. Près de la moitié des pertes concerne un manque a gagné de plantations perdues et une diminution des rendements explique The Advocate. L'obligation d'irriguer les cultures a eu un fort impact financier. Les producteurs de soja et de canne à sucre ont particulièrement été touchés. Les éleveurs ont enregistré la perte de 3.000 têtes de bétail et de 120.000 poulets tandis que la production laitière a chuté. La sécheresse a également impacté l'élevage d'écrevisses en raison d'une augmentation de la salinité. Autre victime, l'industrie forestière a été pénalisé par la faible croissance et la mortalité généralisée des semis sans oublier la multiplication des feux de forêts. Ces derniers ont détruit 24.000 hectares de forêts.

La France a également traversé une période de sécheresse. Déjà touché en 2022, le pays a débuté 2023 par un épisode intense de sécheresse hivernale qui s'est poursuivi au printemps et en été. Cette période a été marqué par un déficit important des nappes phréatiques. Les autorités ont multiplié les appels a transformer le modèle agricole et à l'adaptation des agriculteurs au réchauffement climatique. L'automne a été marqué par d'importantes périodes de pluies qui ont entraîné d'importantes inondations, notamment dans le Nord et l'Ouest.
ECONOMIE RURALITE

L'EPA évince le plomb des réseaux d'eau potable

Une proposition de l'EPA visant a remplacer les conduites en plomb reliant les clients aux systèmes publics d'eau potable pourrait améliorer la santé publique en Louisiane rapporte The Advocate. Cependant, la mise en oeuvre de cette règle d'ici 10 ans pourrait coûter jusqu'à 1,6 milliard $. Les bénéfices pour la santé publique seraient pourtant incalculables, en particulier pour les enfants et les femmes enceintes. L'utilisation du plomb dans les systèmes publics d'approvisionnement en eau est restreinte depuis 1986. La Nouvelle-Orléans possède néanmoins le système d'eau public le plus ancien de l'État et une grande partie du réseau comprend des tuyaux en plomb vieux de plus d'un siècle. Plus de la moitié des clients résidentiels de la ville sont encore desservis par des conduites en plomb. Au niveau de la Louisiane, ces conduites en plomb représenteraient près de 3% des réseaux de distribution. Les tuyaux en métal galvanisé sont également visés par la nouvelle règle, ce qui pourrait alourdir un peu plus de coût final. Le coût sera également important pour les résidents qui devront remplacer les conduites en plomb dont ils ont la responsabilité. Selon l'EPA, les besoins financiers au plan national pour les infrastructures d'eau potable au cours des 20 prochaines années s'élèveront à 625 milliards $, dont 9 milliards $ pour la Louisiane.

En France, le responsable de la distribution d'eau est responsable de la conformité de l'eau jusqu’au point de livraison et est tenu de surveiller en permanence la qualité des eaux distribuées. Les collectivités locales sont en charge d'organiser l'entretien et le renouvellement des réseaux de distribution pour l'alimentation en eau potable. Les équipements publics sont financés par le prix de l'eau. Le financement pour le renouvellement des canalisations des réseaux publics et des branchements publics en plomb relève du budget des services d’alimentation en eau potable des collectivités.
ECONOMIE SANTE LA NOUVELLE-ORLEANS

Les écoles à charte louisianaises tirent leur épingle du jeu

Alors que les inscriptions dans les écoles publiques conventionnelles sont en baisse constante depuis l'épidémie de Covid, les écoles à chartes de l'Etat tirent leur épingle du jeu explique The Advocate. Malgré une baisse des inscritptions à Bâton-Rouge et à La Nouvelle-Orléans, les écoles à charte du reste de l'Etat enregistrent une hausse de leurs inscription notamment à Lafayette. Les 147 écoles à charte en activité dans tout l'État sont des écoles publiques gérées par le privé via des chartes ou des contrats. Leurs élèves représentaient 13,8% des 681.176 élèves inscrits dans toutes les écoles publiques de Louisiane au 1er octobre. Seuls cinq des 69 districts scolaires publics traditionnels de l’État dépassent leurs niveaux de scolarisation d'avant la pandémie. Les écoles à charte les plus populaires comme University View Academy et Acadiana Renaissance Charter Academy comptent aujourd'hui parmi les plus grandes écoles de Louisiane. Le plus grand opérateur d'écoles à charte de Louisiane est Charter Schools USA basé à Fort-Lauderlade, qui gère sept écoles dans l'Etat avec plus de 9.000 élèves

En France, les écoles privées sont historiquement répandues et leurs effectifs augmentent sous l'effet de difficultées dans l'enseigement public. Environ 12.500 établissements existent et reçoivent environ 2,14 millions d'élèves, soit 17% de la totalité des effectifs scolarisés en France. Les établissements primaires accueillent 41% de ces élèves et ceux du secondaire 45% tandis que les établissements privés professionnels et agricoles scolarisent les 14% restants. L’enseignement privé est essentiellement géré par l’enseignement catholique qui représente 85% des établissements privés des niveaux primaires et secondaires. L'enseignement supérieur est moins importants en offrant une formation à seulement 3% des effectifs d'étudiants de l'enseignement supérieur.
ENSEIGNEMENT ECONOMIE

Opposition croissante au projet d'Air Product au Lac Maurepas

Le projet de captage de carbone d'Air Products au lac Marepas suscite de plus en plus d'opposition selon Louisiana Illuminator. Les voisins du lac y voient une simple industrialisation profiteuse et imprudente d'un lac emblématique où des millions $ d'argent public ont été investis pour restaurer un écosystème qui a largement souffert des activités humaines. Pour nombre d'opposants le projet illustre un retrour en arrière inadmissible. Ils y voient un projet poussé par des lobbyistes et des industriels. D'autres s'inquiètent des incertitudes entourant les technologies de CSC, qui restent largement non testés à grande échelle. L'explosion d'un pipeline de CO2 en février 2020 à Satartia, dans le Mississippi, est par ailleur dans tous les esprits.Malgré cette opposition, le projet d'Air Products a jusqu'à présent surmonté sans problème les obstacles réglementaires de l'État. Il bénéficie par ailleurs de puissants soutiens tels que la Louisiana Association of Business and Industry, l’un des groupes de pression les plus influents de l'État. Par ailleurs, les entreprises pétrolières et industrielles considèrent le captage de carbone comme une bouée de sauvetage possible pendant la transition énergétique.

Le gouvernement français mise sur le captage et le stockage de CO2 pour accompagner les efforts de décarbonation de l'industrie. La stratégie envisagée souhaite accompagner les industriels dans leur effort de décarbonation, en sus de l'électrification et du déploiement de l'hydrogène vert. Les autorités ont néanmoins lancée une consultation sur cette technologie afin d'éviter de reculer comme les Pays Bas sur un projet stockage dans un ancien réservoir de gaz en raison d'une forte opposition locale. Grâce à son hydroélectricité, le Québec semble aussi porter un fort intérêt à cette technologie controversée.
ENVIRONNEMENT ECONOMIE CAPTAGE DE CARBONE

Electricité : Bras de fer entre Entergy et La Nouvelle-Orléans

La volonté d'Entergy New Orleans de faire payer aux contribuables le plan de renforcement de son réseau suscite l'opposition du conseil municipal de La Nouvelle-Orléans relate le Times Picayune. Ce plan dont le coût est compris dans une fourchette allant de 750 millions $ à un millliard $ vise à rendre les infrastructures électriques de la ville assez résilientes pour résister aux tempêtes plus puissantes engendrées par le réchauffement climatique. Si Entergy obtient gain de cause, ses clients verront leur facture augmenter progressivement jusqu'à atteindre 11,86 dollars supplémentaires par mois en 2028. Des alternatives sont néanmoins recherchées. La piste de prêts à faible taux d'intérêt auprès du ministère fédéral de l'Énergie est envisagé. Entergy a présenté son plan de modernisation qui passe notamment par l'enfouissement et la modernisation de certaines lignes. L'entreprise doit néanmoins faire face aux demandes des autorités locales qui hésite entre fiabilité et résilience du réseau. Par ailleurs elle a dors et déjà annoncé qu'elle ne pourrait pas financer seule toutes les évolutions prévues faute d'obtention par la ville de fonds fédéraux.

En France, l'enfouissement des lignes électriques permet d’éviter des conséquences matérielles pouvant être causées par le passage d’une tempête. Près de 150.000 km de ligne et plus de 98% des nouvelles lignes moyenne tension sont ainsi enterrées. Enedis, le gestionnaire du réseau électrique français, semble avoir tiré les leçons du passage des tempêtes Lothar et Marti en 1999 même si la France reste en retard par rapport à certain de ses voisins.
LA NOUVELLE-ORLEANS ECONOMIE ENERGIES

Les entreprises cherchent à limiter leur emprunte carbone

A l'heure du réchauffement climatique, de plus en plus d'entreprises se tournent vers les énergies renouvelables pour limiter leur empreinte carbone et leurs dépenses énergétiques. A La Nouvelle-Orléans, c'est le cas de la banque communautaire Gulf Coast Bank. Celle-ci vient d'investir 5 millions $ dans une succursalle hors réseau électrique alimentée uniquement par l'énergie solaire. Les locaux dont la construction s'achèvera l'an prochain à Elmwood disposeront de batteries de secours qui fonctionneront quand le soleil de brille pas rapporte le Times Picayune. Le point de départ de l'initiative a été le passage de l'ouragan Ida. Celui-ci a particulièrement souligné la vulnérabilité de la région aux coupures de courant et la nécéssité pour les professionnels de trouver des sources d'énergie plus fiables. L'idée a essaimé localement avec des initiatives similaires dans des lieux de culte ou des centres communautaires mais aussi au plan national ou régional dans des entreprises comme des banques. Outre la production électrique, l'initative cherche à construire des bâtiment plus résilients où des techniques comme la géothermie peuvent aussi être utilisé pour chauffer ou refroidir les locaux.

En France, les autorités cherchent a rattraper le retard du pays en matière d'énergie solaire. Dans le cadre d'une Stratégie Nationale Bas Carbone, les entreprises sont obligées depuis 2023 de réaliser un bilan carbone qui vise la neutralité carbone collective d'ici 2050. Les initiatives privées dans le domaine solaire se multiplient aussi. Elles passent par l'obligation d'installer des ombrières photovoltaïques sur les parkings de plus de 1.500 m² qui interesse notamment la grande distribution. La SNCF n'est pas en reste. Premier consommateur d'électricité du pays, la compagnie va utiliser son patrimoine foncier de 10.000 hectares pour produire 15 à 20% de ses besoins électriques grace à l'énergie solaire. Plus récemment, l’Afilog, association professionnelle des acteurs de l’immobilier logistique, ambitionne d’installer 5 millions de m² de panneaux solaires sur les toits des entrepôts logistiques.
ENVIRONNEMENT ECONOMIE ENERGIES

Deux sites de production d'hydrogène vert en projet

La société FusionOne spécialisée dans la transformation des déchets plastiques et des pneus usagés en hydrogène vert devrait investir 100 millions $ en Louisiane et créer 250 emplois. Elle devrait construire deux usines à La Nouvelle-Orléans et dans la paroisse d'Iberia qui pourraient être opérationnelles dés 2025. Les deux sites seraient les premieres installations de l'entreprise utilisant cette technologie selon The Advocate. Bien que nouvelle, la production d'hydrogène à partir de plastique est une technologie qui a déjà fait ses preuves. L'hydrogène vert possède une empreinte carbone inférieure à celle des combustibles fossiles traditionnels et peut être utilisée pour alimenter les centrales et les raffineries. FusionOne espère néanmoins bénéficier de crédit d'impôts et d'incitations fiscales pour rentabiliser rapidement ces deux installations. L'arrivée de cette nouvelle entreprise dans la paroisse d'Iberia après celles du constructeur de panneaux solaire First Solar, du centre d'opération du golfe du mexique de Turner industries et d'un important pôle de fabrication biopharmaceutique illustre l'attractivité de la région.

La technique a été récemment mise en avant par des chercheurs britanniques. Elle permettrait de recycler des tonnes de plastique en hydrogène permettant d'alimenter des véhicules propres, une aubaine lorsque l'on sait que 400 millions de tonnes de plastique sont produits tous les ans. Le procédé permet aussi de récupérer du CO2 et de le transformer en hydrogène ou en acide glycolique. Un projet similaire est en voie d'aboutir sur le port d'Anvers en Belgique. Laupat Industries souhaite récupérer divers matériaux et gaz, dont l’hydrogène, à partir de pneus usager.
LA NOUVELLE-ORLEANS ECONOMIE

La technologie du projet Cypress suscite toujours le débat

Les promoteurs du projet Cypress ont été auditionnés par la Commission de la fonction publique de Louisiane. La nature du projet, l'implication du principal propriétaire foncier de l'Etat et les coûts pour les contribuables étaient au centre des débats relate The Advocate. Project Cypress réunit les société Battelle, Climeworks Corp. et Heirloom Carbon Technologies Inc sur un projet de captage du carbone direct de l'atmosphère (CAD) dans la paroisse de Calcasieu. Le site pourrait extraire jusqu'à un million de tonnes de dioxyde de carbone de l'atmosphère par an. L'accord entre les promoteurs du projet et l'entreprise de captage de carbone Gulf Coast Sequestration (GCS) suscite également des questions. GCS enfouirait le CO2 sur des terres appartenant à la famille Stream entrainant un conflit d'intérêt. W. Gray Stream préside en effet le conseil de transition du gouverneur élu Jeff Landry sur l'industrie énergétique de l'État. La capture du carbone par filtration de l'atmosphère se développe néanmoins même si la technique ne suffira pas à atteindre les objectifs environnementaux malgré les importants financements qu'elle engendre.

En France, l'idée de captage de carbone ne trouve pas d'oreilles attentives. Néanmoins, une startup de la Sarthe, Stathmos, propose de capturer le CO2 avec des conteneurs. L'air passerait à travers le solide qui agirait comme une éponge. Une fois saturé, le solide serait chauffé pour récupérer le CO2 pur. celui-ci serait ensuite revendu à des entreprises comme Coca Cola ou en crédit carbone. Stathmos a obtenu le 7e prix de la Start'upeuse mancelle à la CCI du Mans et de la Sarthe.
CAPTAGE DE CARBONE ECONOMIE

La loi sur le vapotage fragilise les distributeurs du secteur

La nouvelle législation sur le vapotage en Louisiane inquiète les professionnels du secteur rapporte Nola.com. Nombre d'entre eux ne cachent pas leurs pertes de chiffres d'affaires, des licenciements et dénoncent une loi qui remet en cause l'existence même de leurs affaires. Le registre des produits que les détaillants peuvent vendre édité par le Bureau de contrôle de l'alcool et du tabac ne comporte plus que 397 articles. Nombre de distributeur se retrouvent dans une situation où une majorité des produits qu'ils distribuent sont interdit à la vente. Par ailleurs, un tiers des produits inscrits au registre ne sont pas des produits de vapotage, mais des produits alternatifs à la nicotine. La présence dans la liste de produits de marques où les sociétés de tabac possèdent de fortes participations interroge aussi. Les marques Elf Bars et Esco Bars, très populaires auprès des jeunes, notamment pour leurs saveurs fruitées sont interdites. Les professionnels estiment que la loi a été mal pensé et qu'elle va favoriser un nouvel essor des ventes de tabac alors qu'elle visait la protection des jeunes. La loi soulève par ailleurs des problèmes au niveau des recettes fiscales.

En France, la législation encadre ce secteur d'activité. L'article 36 de la loi sur la consommation interdit la vente aux mineurs de la cigarette électronique et de ses dérivés, en particulier les e liquides destinés à être inhalés. En 2022, 7,3% des 18-75 ans déclaraient vapoter, 5,5% quotidiennement. Ces prévalences sont en hausse par rapport à 2019. Selon sa fédération, le secteur comprend plus de 2.300 boutiques et les produits sont aussi distribués chez les 14.000 buralistes du pays.
ECONOMIE SANTE

Progression soutenue du photovoltaïque

Le programme lancé en Louisiane depuis La Nouvelle-Orléans pour équiper en panneaux solaires des églises et autres centres communautaires est un succés. L'initiatitive s'étend progressivement à d'autres villes de Louisiane comme LaPlace, Bâton-Rouge ou encore dans la paroisse de Caddo où une vingtaine de sites sont prévus. Près de 86 sites sont par ailleurs prévus à La Nouvelle-Orléans selon Nola.com. Ces avancés existent grace à la subvention fédérale de 249 millions $ accordée à l'État pour la résilience et l'innovation en matière d'électricité. Le projet vise à fournir de l'électricité en cas de coupure de courant lors d'épisode de violente tempête tel que le passage d'un ouragan. Le souhait des promoteurs du projet est maintenant de l'élargir aux services publics qui renforcer leur infrastructure afin de fournir un service fiable et abordable. En France, ce n'est pas tant les catastrophes météorologiques qui poussent les projets d'énergie solaire que les niveaux de prix de l'électricité. Depuis la guerre en ukraine, les prix de l'éléctricité européenne basée sur le gaz s'envolent. Pour y répondre, la capacité photovoltaïque de la France a augmenté d’un tiers en un an. Les installations en autoconsommation sont notamment en hausse chez les particuliers grâce aux aides de l'Etat. Rien qu'entre avril et juin, 50.000 installations en autoconsommation ont été raccordées au réseau électrique. Selon Enedis, il existe maintenant plus de 325.000 utilisateurs individuels dans le pays, soit 77% de plus qu'en 2022. Le succès n'est pas le même pour les grands projets qui nécéssites des démarches complexes. Les autorités ont pourtant fixé l’objectif de multiplier par dix la capacité de production d’énergie solaire d’ici 2050.

ENERGIES ECONOMIE

L'industrie pétrolière et gazière louisianaise à le vent en poupe

Le rapport Gulf Coast Energy Outlook 2024 publié par le le LSU Center for Energy Studies est favorable au secteur pétrolier de Louisiane. Près de 1.000 emplois pourraient être créé dans l'Etat d'ici l'an prochain. L'emploi dans le raffinage et l'industrie chimique louisianaise devrait par ailleurs croître de 1 à 2% par an au cours des prochaines années malgré l'inflation et des risques de récession. La guerre en Ukraine, qui a bouleversé le marché mondial de l'énergie en 2022, a entrainé une dépendance accrue de l'économie mondiale aux exportations énergétiques américaines rappelle The Advocate. Ce constat permet d'envisager une production des hydrocarbures à la hausse même si leurs prix baissent. La tendance a stimuler des projets énergétiques en Louisiane dans le cadre des efforts mondiaux visant à réduire les émissions industrielles de dioxyde de carbone. Entre 2011 et 2022, l'industrie a investi plus de 100 milliards $ dans des projets de raffinage, de produits chimiques et d'exportation d'énergie en Louisiane. Près de 85 milliards $ pourraient y être encore investis dans les prochaines années. La production de gaz naturel issue du champ de Haynesville a augmenté de 54% et la demande de GNL pourrait encore augmenté. En France, les changements géopolitiques de 2022 ont poussé Paris a diversifier ses approvisionnements et à mettre fin à sa dépendance vis-à-vis du gaz russe. Les Etats-Unis se sont imposés comme la première source d'importation de pétrole brut et de GNL du pays en 2022. Paris vient par ailleurs de sécuriser ses approvisionnements gaziers avec le Qatar et développe ses infrastructures GNL notamment au Havre avec un nouveau terminal GNL.

ECONOMIE ENERGIES

LSU s'investit dans le domaines de la cybersécurité avec le STC

Depuis 2015, LSU s'intérresse aux domaines de la défense notamment par le biais de la cybersécurité et de partenariats stratégiques rappelle Nola.com. L'université possède et exploite le Stephenson Technologies Center, un organisme à but non lucratif fournissant des solutions au sein des institutions de sécurité nationale les plus importantes des États-Unis. Le STC aide notamment les petites entreprises à comprendre l'environnement de la menace en cybersécurité. Bien que d'autres établissements universitaires travaillent avec la défense, rare sont les universités comme LSU a disposé d'un institut de sécurité. Les effectifs du STC devraient passer de 22 personnes à environ 50 au cours des deux prochaines années et retenir les talents en cybersécurité en Louisiane. En France, depuis 2022, le programme Campus Cyber lancé à l'initiative du président Macron, souhaite devenir un lieu de synergie entre entreprises et monde universitaire. La France souhaite ainsi jouer un rôle leader au sein de l’Europe sur le développement de solutions techniques et sur la formation dans le domaine de la cybersécurité. A la suite de son lancement, de nombreuses régions françaises s'engagent dans la création de campus sur leur territoire pour créer un maillage national en matière de cybersécurité.

TECHNOLOGIES ECONOMIE

L'impact décevant de Medicaid sur la mortalité infantile

Bien qu'ayant permi à des milliers de personnes d'obtenir un traitement, Medicaid n'a pas encore réussi a enrayer la mortalité infantile en Louisiane constate le Times Picayune. Avec son introduction dans l'Etat, les autorités pensaient pourtant améliorer un des taux de mortalité infantile comptant parmi les plus élevés du monde développé. La Louisiane a la plus grande proportion de naissances financées par Medicaid, avec 6 naissances sur 10 financées par le programme mais difficile pour les femmes enceintes de trouver des médecins acceptant l’assurance maladie publique. En effet, les paiements de l'Etat comptent parmi les plus modestes du pays et nombre de prestataires n'acceptent pas Medicaid parce qu'ils sont mieux payés pour soigner les personnes bénéficiant de Medicare ou d'une assurance privée. L'autre obstacle est lié aux difficultées à se rendre à un rendez-vous. Les autorités louisianaises ont pourtant fait de nombreux efforts comme en 2016 quand le gouverneur accordait une couverture aux adultes gagnant moins de 138 % du seuil de pauvreté fédéral ou en 2022 quand il l'étendait aux soins post-partum. La Louisiane consacre un quart de son budget annuel, environ 11 milliards de dollars, à Medicaid mais nombre de professionnels de santé estiment que ces échecs laissent présager des problèmes plus profonds dans le programme Medicaid de l'État.

ECONOMIE SANTE SOCIETE

Calcassieu attend le projet de captage de carbone Cypress

Le projet de captage de carbone Cypress d'un milliard $ prévu dans la paroisse de Calcassieu pourrait démarrer dés 2024 si son maître d'oeuvre, la société Battelle arrive à régler les problèmes juridiques et financiers auxquels elle est confrontée. Le projet qui sera alimenté par des énergies renouvelables vise à extraire de l'atmosphère un million de tonnes de dioxyde de carbone et à le séquestrer rappelle KPLCTV. Les sociétés Climeworks Corp., Heirloom Carbon Technologies et Gulf Coast Sequestration sont les partenaires de Battelle. Le projet bénéficie d'un financement fédéral au même titre que le projet DAC similaire construit au Texas. Les travaux pourraient durer 5 ans et employer plus de 2.300 personnes. Bien que les investissements dans le captage du carbone en Louisiane se soient multiplié tout comme la controverse entourant la sécurité et l'efficacité de ces projets, le captage direct de l'air est une technique nouvelle en Louisiane.

ECONOMIE CAPTURE DE CARBONE

Les agriculteurs louisianais durement impactés par le climat

Les agriculteurs de Louisiane ont été confrontés cette année à une chaleur intense accompagnée d'une sécheresse inhabituelle rapporte The Advocate. Ces conditions météorologiques exceptionnelles laissent nombre d'exploitations exhangues avec d'importantes pertes financières. Les coûts d'irrigation ont littérallement explosé, notamment pour les agriculteurs ruraux qui ont dû creuser des puits et installer des systèmes d'irrigation de fortune pour continuer à produire et sauver leur exploitation du naufrage. Certaines associations leur ont apporté leur aide pour qu'ils ne sombrent pas. Ces dernières années, ce sont les intempéries qui ont posé des défis aux agriculteurs et aux éleveurs de Louisiane, notamment les ouragans de 2020 et 2021 mais les aides fédérales de relance économique n'ont toujours pas été distribuées. L'évolution climatique prévue les prochaines années ne devrait pas rendre la tâche facile aux agriculteurs même si des solutions existent pour renforcer leurs exploitations. Les pratiques agricoles durables qui mettent l'accent sur le sol, sur la rétention de l'humidité et la sortie du modèle intensif sont pourtant considérés comme des planches de salut pour les années à venir.

ECONOMIE ENVIRONNEMENT RURALITE

La Louisiane devrait devenir membre à part entière de l'OIF

La Louisiane pourrait devenir prochainement un membre à part entière de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) se réjouit Le Louisianais. C'est en tout cas l'annonce en ce sens qu'a fait récemment le gouverneur Edwards. Ce dernier a favorisé ces dernières années les budgets pour les projets éducatifs et économiques en français, les passant de 200.000 $ en 2015 à 4 millions $ cette année. L'accès au statut de membre devrait ancré la Louisiane un peu plus dans la francophonie et développer de nouvelles opportunités. Le statut de membre observateur a déjà donné à l'Etat une certaine impulsion dans la reconnaissance de sa francophonie. On peut notamment rappeler les visites de la secrétaire générale de l'OIF, Louise Mushikiwabo en 2022 puis du président français Emmanuel Macron mais aussi l'accès de l'Université de Louisiane à Lafayette au réseau d’enseignement supérieur de l'AUF, la visite de la division Amériques de l'APF ou les accords dans le domaine des médias. Le changement de statut dés 2024 permettrait de renforcer les liens avec le reste de la francophonie et de faire connaitre la Louisiane à l'étranger.

SOCIETE ECONOMIE

L'industrie à la recherche de main d'oeuvre malgré la pénurie

Le Build Your Future Day, un événement de recrutement organisé le mois dernier au Lamar-Dixon Expo Center par la Pelican d'Associated Builders and Contractors à Baton Rouge a tenté de séduire les jeunes explique Nola.com. Les entreprises du secteur ont en effet un besoin urgent de main d'oeuvre sur fond de pénuries. La Greater Baton Rouge Industry Alliance estime qu'elle aura besoin de plus de 5.000 travailleurs dans l'industrie au cours des deux prochaines années. Turner Industries prévoit d'embaucher 3.000 personnes tandis que Performance Contractors a embauché récemment 2.000 employés. Selon un rapport, La Nouvelle-Orléans, Baton Rouge et Lake Charles ont en attente des projets industriels d'une valeur de 154 milliards $. Reste qu'il est difficile de trouver des étudiants intéressés par une carrière industrielle en raison de leur mauvaise image alors qu'elles sont sûres et bien rémunérées. Les professionnels sortent des sentiers battus pour embaucher et passe de plus en plus par les réseaux sociaux fréquentés par les jeunes.

ECONOMIE

La Louisiane cherche des solutions à la problématique des déchets

Un Institut visant a lutter contre les déchets a été lancé. Baptisé LSU Litter Institute, il sera dotée de 800.000$. L'initiative qui rassemblera des experts vise a mettre fin aux déchets sur terre et dans les cours d'eau de Louisiane explique le Times Picayune. Selon un récent rapport, pour chaque kilomètre parcouru sur autoroute, un Louisianais croise en moyenne plus de 10.000 déchets. En 2022, les efforts de nettoyage, de prévention et d'assainissement des déchets ont coûté environ 91 millions $ aux collectivités louisianaises. Le phénomène a pris de l'ampleur avec les coupes budgétaires durant l'épidémie de Covid. Certains spécialistes estiment que les déchets sont devenus un problème social, sanitaire, environnemental et économique très coûteux. Nombre de ces déchets sont entraînés dans les cours d'eau et finissent par polluer les eaux du golfe du Mexique. Les concentrations de microplastiques y sont les plus élevées au monde. La Louisiane qui tire d'importants revenus des produits de la mer aura fort à gagner dans cette lutte.

ECONOMIE ENVIRONNEMENT POLLUTION

Nouvelles règles pour le problèmes des puits orphelins

Le sujet des puits de pétrole abandonnés revient sur le devant de la scène avec la finalisation de nouvelles règles rapporte le Times Picayune. Celles-ci permettraient aux autorités de facturer aux propriétaires de puits une amende comprise entre 125 et 500$ par an pour les puits inactifs depuis 5 à 10 ans et jusqu'à 750$ pour ceux inutilisés depuis plus d'une décennie. Le Ministère des Ressources Naturelle facturerait aussi des frais annuels fixes de 250$ par tête de puits inactive. L'amende semble faible mais une majorité des puits abandonnés en Louisiane appartiennent à de petits opérateurs fragilisés par leur manque de liquidité. Au moins 17.000 puits non-producteurs existent dans l'Etat. Seuls 4.300 ont été jusqu'ici identifiés par le programme de restauration des sites pétroliers en vue de les boucher. Reste que nombre de propriétaires peuvent prétendre que ces puits, bien qu'inactifs, pourraient produire à l'avenir. Néanmoins, selon l'Environmental Defence Fund, seul un puit sur cinq est remis en service après trois ans d'inactivités. Les puits abandonnés causent de nombreux problèmes environnementaux, de santé et de sécurité. Ils peuvent laisser échapper du méthane et d’autres polluants, contaminer l’eau et dimunuer la valeur des terres. Si l'État ne parvient pas à trouver le propriétaire, ou si l'entreprise du propriétaire fait faillite, les puits sont déclarés orphelins et tombent sous la responsabilité des contribuables. L'Etat fédéral à néanmoins alloué 100 millions $ pour lutter contre ce fléau. Près de 500 puits sur les 4.300 abandonnés ont été bouchés cette année.

ECONOMIE ENVIRONNEMENT ENERGIES

Entergy Corp. prévoit de se séparer de son activité gaz

Entergy annonce la vente de son activité de distribution de gaz à Bernhard Capital Partners pour 484 millions $. Entergy recentre ainsi son activité sur la fourniture d'électricité explique Nola.com. La vente pourrait être liée à la pression des régulateurs pour que l'entreprise investisse davantage dans les énergies renouvelables et renforce ses infrastructures. Son réseau avait été particulièrement fragilisé lors des ouragans de 2020 et 2021. L'opération permettrait de rembourser la dette contractée à cette période. Entergy Louisiana a déposé l'an passé un plan de renforcement de son réseau de 9,6 milliards $ tandis que le plan de 1,3 milliard $ d'Entergy New Orleans est toujours en attente. Le réseau de distribution de gaz d'Entergy ne s'étend qu'à Bâton-Rouge et La Nouvelle-Orléans tandis qu'Entergy Louisiana compte environ 1,1 million de clients d'électricité dans 58 paroisses.

ECONOMIE ENERGIES

Nouvelles zones d'énergie éolienne offshore dans le golfe

L'administration Biden a indiqué la vente quatre nouvelles concessions dans le golfe du Mexique pour le développement de l'énergie éolienne offshore. L'objectif est de stimuler un peu plus les énergies renouvelables dans le pays rapporte Abc News. La précédente vente aux enchères de baux éoliens dans le golfe en août n'a attiré que peu d'offres et pour cause, seuls 1.214 km² de baux sur les 2.760 km² initialement prévus avaient alors été mis en vente. Cette fois-ci c'est 3.088 km² de baux éoliens qui vont être commercialisés. Ils sont répartis en quatres sites, trois au large du Texas et un au large de la Louisiane. Ils pourraient alimenter à eux-seuls près de 3,24 millions de foyers, selon les données du BOEM. La zone qui interresse la Louisiane s'étend sur 231 km² à 51 km de la côte et pourrait alimenter 242.000 foyers. Lors de la précédente vente, l'Allemand RWE a déboursé 5,6 millions $ pour exploiter une zone de 413km² à 27km au sud de Lac Charles.

ECONOMIE ENERGIES

Bras de fer entre pétroliers et écologistes sur des baux pétroliers

Une cour d'appel fédérale de La Nouvelle-Orléans a suspendu une vente aux enchères contestée de baux pétroliers et gaziers du golfe du Mexique prévue pour novembre selon le Times Picayune. Pétroliers et écologistes s'affrontent sur cette vente depuis que le BOEM a décidé de réduire les concessions initialement prévues de plusieurs milliers de km² pour protéger la baleine de Rice en voie d'extinction. L'American Petroleum Institute et le procureur général de la Louisiane, Jeff Landry, aujourd'hui élu gouverneur de l'État, ont poursuivi l'administration Biden en justice pour changements arbitraires et illégaux de dernière minute. Le juge Cain, nommé par Donald Trump, s'était alors rangé de leur côté en septembre obligeant le BOEM à revenir sur sa décision. C'était sans compter avec l'intervention de la Cour d'appel qui a suspendu cette décision jusqu'au 13 novembre. C'est la dernière escarmouches juridiques sur le sort des forages pétroliers et gaziers aux États-Unis.

ECONOMIE ENVIRONNEMENT ENERGIES

La liaison entre La Nouvelle-Orléans et Bâton-Rouge avance

Amtrak et l'administration louisianaise ont signé un accord permettant de continuer l'avancée du projet de liaison férroviaire entre La Nouvelle-Orléans et Bâton-Rouge malgré l'absence de financement fédéral. Le projet prévoit un trajet entre les deux villes de 75 à 90 minutes et des arrêts à Gonzales, LaPlace et l'aéroport Louis Armstrong rappelle Nola.com. Le service devrait débuté à partir de 2027 et une seconde liaison quotidienne pourrait intervenir ultérieurement. Plus tôt dans l'année, l'administration Edwards à attribué 20,5 millions $ du ministère du Logement et du Développement urbain suscitant des critiques. En 2021, une subvention de 200 millions $ dans le cadre de la loi sur les infrastructures avait déjà été attribuée au projet tandis que 50 millions $ de fonds publics. Ces sommes couvrent le coût total du projet y compris la rénovation des infrastructures et des gares.

ECONOMIE

Des micro-réseaux électriques financés par l'Etat fédéral

Face aux difficultés de remise en état des réseaux électriques après un ouragan et aux coûts faramineux pour les remettre en état, la Louisiane projette de créer des "micro-réseaux" dans 375 communautés. La facture devrait être prise en charge par des fonds fédéraux de issus la Loi sur l'investissement dans les infrastructures et l'emploi explique Nola.com. Le but de l'opération serait d’installer des panneaux solaires pour produire de l’électricité pour un quartier de 20 à 200 foyers en cas de panne de courant. Les gouvernements fédéral et de l'État consacrent chacun 249,3 millions de dollars à cet effort dont le concept a été défendu par Together Louisiana. Ce groupe communautaire a déjà mis en oeuvre 4 de ces micro-réseaux autour de La Nouvelle-Orléans et devrait en construire 17 autres dans l'Etat.

ECONOMIE TECHNOLOGIES

Les opportunités économiques liées aux énergies renouvelables

La paroisse d'Iberie profite des investissements dans les domaines de l'énergie solaire et de l'agriculture selon Le Louisianais. First Solar y investira 1,1 milliard $ pour y construire avant 2026 une centrale solaire de plus d'un mégawatt. Elle sera le cinquième site de production américain de l'entreprise. La décision du constructeur de panneaux solaires d'investir dans la paroisse est notamment lié à l'expérience dans ce domaine de l'Université de Louisiane à Lafayette. La paroisse va également connaître un investissement dans le domaine des carburants verts. Delta Biofuel va y investir 100 millions $ pour créer un site qui transformera la bagasse, un résidu de la canne à sucre après son passage dans les moulins à sucre. Ces investissements sont des exemples d'opportunités offertes par l'Etat dans les énergies renouvelables et les technologies innovantes. Outre l'aspect économique qu'ils présentent, ces investissements montrent les alternatives existantes au secteur énergétique louisianais, longtemps dominé par l'exploitation du pétrole et du gaz.

ECONOMIE RURALITE

De nouvelles règles sur la pêche commerciale du menhaden

Une nouvelle législation sur la pêche commerciale du menhaden a été proposée annonce Nola.com. Elle éloignera la pêche plus au large et sanctionnera le gaspillage de poisson. Le texte intervient après que deux sociétés de pêche ont déversé près de 850.000 poissons au large de la paroisse de Cameron, un acte qui intervient un an après des faits similaires. Le texte proposé a été salué par les pêcheurs récréatifs. Ces derniers reprochent à la pêche commerciale d'endommager l'habitat de poissons dont d'autres espèces dépendent pour se nourrir. Ils dénoncent aussi les importantes prises d'autres poissons qui sont rejetés à la mer. Des législations similaires ont déjà été acceptéES dans les autres Etats du golfe du Mexique si bien que la pêche commerciale de menhaden se concentre dans les eaux de Louisiane.

ENVIRONNEMENT ECONOMIE

Fusion dans la tech et développement dans le plastique

La startup Rep Data vient d'acquérir Research Defender. Les fondateurs et nombre d'employés de ces deux jeunes entreprises de La Nouvelle-Orléans viennent de Lucid, une autre société technologique de la ville. La dégradation de la qualité des études de marché en raison de la monté en puissance de l'Intelligence artificielle inquiète les deux entreprises. Rep Data a notamment compilé des données d'études de marché pour plus de 350 entreprises clientes tandis que Research Defender a développé un logiciel filtrant les robots et autres faux enquêteurs d'études de marché afin de protéger la qualité des données. D'autre part, MKS Plastics, un fabricant de seaux industriels, va pour sa part investir 14 millions $ pour doubler la taille de son usine de production à Tickfaw. La société bénéficie d'aides pour financer l'infrastructure ferroviaire dont elle dépend.

ECONOMIE TECHNOLOGIES

La région de la Nouvelle-Orléans dans l'attente de projets industriels

Selon le rapport Louisiana Economic Forecast, les projets industriels, la restauration côtière et le développement de casino pourraient contribuer à créer près de 21.000 emplois en deux ans dans la région de La Nouvelle-Orléans. Pour l'heure, Il manque encore plus de 22.000 emplois à la région par rapport à ses niveaux d'avant le Covid-19 rappelle Nola.com. L'activité est toujours freinée par le ralentissement des congrés. Ceux-ci n'étaient que de 97 cette année contre 155 en 2020. L'économie locale paie aussi de la faible activité des gisements gaziers et petroliers dans le golfe du Mexique. Les projets industriels qui totalisent des investissements de 21,4 milliards $ pourraient contrebalancer ces mauvaises tendances. Près de 40 milliards $ d'investissements sont également prévus en Louisiane mais pas encore finalisés et rien ne prouve qu'ils aboutiront. C'est le cas des projets Delta LNG, Formosa Plastics, St. Charles Clean Fuels ou d'IGP Méthanol. Reste que certains de ces méga-projets sont contestés par des associations communautaires et environnementales.

ECONOMIE LA NOUVELLE-ORLEANS

Les producteurs d'agrumes craignent l'intrusion des eaux salées

Les agriculteurs qui cultivent des agrumes en Louisiane ont été par le passé confrontés a de multiples calamités: ouragans, inondations, insectes, gel, sécheresse. Ils font face aujourd'hui aux eaux salées du golfe du Mexique qui remontent le Mississippi en raison de la sécheresse rapporte WWNO. Pour maintenir leurs productions, ils doivent trouver de nouvelles solutions pérennes pour irriguer leurs cultures. Nombre d'entre eux dépendent des eaux du Mississippi notamment aux alentours de Belle Chasse la capitale des agrumes de Louisiane. Le festival de l'Orange y commémore la saison des récoltes depuis plus de 70 ans. Cela fait plus de 300 ans que les agriculteurs locaux cultivent une variété d'orange que l'on retrouve sur les étals des épiceries de Louisiane. Katrina avait pourtant détruit la moitié des arbres. Seuls 324 hectares de culture d'agrumes subsistent aujourd'hui.

ECONOMIE ENVIRONNEMENT RURALITE

Venture Global, futur champion américain du GNL

Venture Global LNG devrait devenir le 1er producteur et exportateur de GNL du pays, notamment grâce à ses installations en Louisiane. Pour l'heure, seul un de ces terminaux est ouvert, un autre est en construction et deux autres sont en cours de planification. Les terminaux d'exportation prévus devraient produire 70 millions de tonnes de GNL par an rappelle The Advocate. Un accord passé avec Baker Hughes devrait porter cette capacité à 100 millions de tonnes soit environ un quart de l’approvisionnement mondial actuel en GNL. Venture Global souhaite fournir du GNL à faible coût à plus grande échelle pour répondre à la demande mondiale. Le champion américain en titre du GNL est Cheniere Energy. Son site de Sabine Pass est le premier exportateur du pays avec 27 millions de tonnes par an.

ECONOMIE GNL


Cette section est réalisée à partir de nos synthèses quotidiennes de la presse.
Elle est mise à jour régulièrement selon l'actualité.

Ce contenu vous plait? N'hésitez pas à le partager



asteur en louisiane
Le fil d'information francophone de Louisiane

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







© 2023 copyright asteur en louisiane tous droits reserves

mentions legale | qui sommes-nous